Ma première histoire d’amour

Ma première histoire d’amour

Le récit suivant nous vient de Jérôme, du site antivolvelo.net, une source sûre d’information pour trouver le meilleur antivol vélo. Il partage avec nous un moment touchant de sa vie de cycliste…

Il était beau il était gris, je l’ai laissé un soir dans la rue dehors dans le froid et la nuit. Je l’aimais bien. On avait fait plein de choses ensemble. Il m’avait transporté sur les rives du Danube, il avait accompagné des virées nocturnes, il était fidèle et je le bichonnais. Ce soir-là je l’avais laissé simplement en bas de l’immeuble alors que j’allais à une fête chez des copains. C’était le soir, dans une rue passante, je l’avais attaché  bien-sûr. Mais dans ma poursuite d’une forme de retenue minimaliste je n’utilisais qu’un antivol léger au possible. Un câble fin et délicat qui dans ma bêtise était censé le protéger la nuit.

anonyme-Remy

Cette histoire un tantinet ridicule est celle de mon premier vélo volé. C’est un peu aussi celle de tous ceux qui se sont fait voler un vélo pour la première. Ils en viennent à penser que leur bêtise était sans fond de choisir un tel antivol vélo. Il me semble à l’époque que c’était décathlon qui le mettait en avant. Un câble porteclé finalement…

Un antivol vraiment pas terrible

Après d’autres histoires toutes aussi ridicules ou je m’acharnais à ne vouloir semble-t-il choisir que des antivols de mauvaise qualité et donnant par la même raison à l’étude du CNRS qui montrent qu’un cycliste devient plus avertis après plusieurs vols (dans mon cas il en a fallu trois…), j’en vins à m’interroger sérieusement sur les antivols vélos. J’ai vite vu que les U et notamment les U Abus ou Kryptonite étaient les mieux notés. J’ai donc choisi un Abus. Et depuis, plus de vol à signaler.

Cette étude est vraiment intéressante car elle explique qu’environ un cycliste qui se fait voler son vélo sur quatre ne rachètera pas de vélo. Or ce fut le cas pendant quelques temps. Je choisis de reprendre la voiture et les transports en commun. L’habitude se perd très vite mais par chance elle revient aussi facilement. Une amie absolument dédiée au vélo m’a rapidement remis le pied dans la pédale et hop je suis reparti.

voleur de velo grrr

Pourquoi parler d’antivols vélos sur internet ?

J’adore le vélo et sa place dans la ville. A la fois vif, rapide, pratique, populaire, écologique, il participe à la construction d’une ville et d’une vie urbaine agréable et douce. Rentrer du travail à vélo (si tant est que la ville propose des pistes cyclables sympas) est une vraie fenêtre de respiration sur la journée. Parler d’antivols c’est aussi pour moi un vrai enjeu, pour que d’autres ne fassent pas comme moi l’erreur de choisir de mauvais antivols et repoussent par là-même une pratique du vélo régulière. Et puis aussi, j’en parle trop avec mes amis alors ceux-ci m’ont dit un jour : « Mais vas-y crée un site ! » Et bien voilà, le site antivolvelo.net est là, c’est fait !

Si vous avez des questions des réflexions je serai ravi de discuter avec vous n’hésitez pas donc à me contacter sur la page contact ou à laisser des messages, je répondrai à tous !

Pour finir une vidéo sympa qui fait du bien après s’être fait voler son vélo !

Comments are closed.